Il est d'usage que les familles participent aux frais des cérémonies en faisant une offrande appelée le « casuel »

Un sacrement, baptême ou mariage, est avant tout un don de Dieu. Il est donné à la seule condition de s’y engager librement et en conscience ; il n’est lié à aucune condition pécuniaire. Mais la réalisation des cérémonies génère cependant des coûts. C’est pourquoi il est proposé aux parents ou aux époux de participer à ces frais en faisant une offrande appelée le « casuel ». Le montant de cette offrande est décidé par chacun.

Un repère : le don moyen pour une cérémonie de mariage est d’environ 180 euros. Certains époux l’évaluent selon un pourcentage du coût total de leur mariage. Pour les funérailles, environ 170 euros, et 60 euros pour un baptême.

L’esprit de partage et de solidarité est ici exprimé en actes : chacun fait don de l’offrande qu’il estime convenable et adaptée à ses possibilités.

La « quête » assure la vie de la paroisse

La « quête », elle, alimente l’existence quotidienne de la paroisse en lui permettant de couvrir ses dépenses ordinaires.
Entre autres, par exemple, les sessions de préparation au baptême ou au mariage auxquelles vous-même participerez.
S’il est proposé à l’assemblée de contribuer à une quête lors d’une cérémonie, c’est afin d’aider la paroisse où elle se déroule.

Les quêtes impérées : Certaines quêtes, dites « impérées », sont décidées par le diocèse. Celui-ci en fixe les dates et en affecte le produit à des causes précises. Elles sont effectuées au cours des messes, les fidèles ayant été informé préalablement de leur spécificité.

Le saviez-vous ?

L’Église vit uniquement grâce aux dons des catholiques, sans recevoir aucune subvention de l’État ni du Vatican.
Sa principale ressource est le Denier de l’Église.
Les prêtres et laïcs salariés ne peuvent donc compter que sur votre soutien fidèle et constant pour accomplir leurs missions : catéchèse des enfants, accompagnement des jeunes en aumônerie et des malades, préparation aux baptêmes et mariages, soutien des familles en deuil et des personnes en précarité ou en souffrance, préparation des jeunes adultes à la confirmation, support aux aumôneries locales et diocésaines, etc.