Paroisse saint Jean Baptiste en Bresse

Lien paroissial durant la période de confinement

Textes pour ce 5ème dimanche après Pâques Année A

Actes 6, 1-7; Psaume 32 1Pierre 2, 4-9 et St Jean 14, 1-12

Pour le commentaire cf lien: https://youtu.be/PXpZzdN3fCU

et l’homélie du P. Yves Bachelet sur le site de la paroisse

Actualité

- Pouvons-nous nous dire chrétiens et ne pas nous engager ?

- Regardons le Christ !… il n’a cessé de proclamer la Bonne Nouvelle, d’annoncer la miséricorde du Père, par sa parole et par ses actes, à temps et à contretemps et jusqu’au bout de l’amour et de la mort. Il n’a pas réservé sa tendresse infinie aux membres de son peuple et encore moins aux justes et aux gens bien. Au contraire, il est allé à la rencontre de tous, ne faisant acception de personne, car il est le bon pasteur qui donne sa vie pour ses brebis, pour toutes ses brebis. C’est à cela que nous sommes appelés. Chacun à sa manière, selon le talent que nous avons reçu. Notre vie sur terre n’a de sens que dans le don de nous-même… comme le monde se porterait mieux, et avec lui l’environnement de la planète, si nous vivions tous les jours ainsi: si nous sortions de nos bulles nombrilismes et de la mondialisation de l’indifférence ! …

- Pensez-vous que ce nouvel esprit (la solidarité, la simplicité dans les rapports mutuels) puisse perdurer au-delà de cette situation d’urgence,

- Je l’espère, je prie pour, mais je sais trop combien l’homme est changeant. Parce que la pandémie a ébranlé ses sécurités, il découvre soudain sa dépendance - il s’ouvre, se raccroche et se donne aux autres. Mais qu’adviendra-t-il lorsqu’il aura retrouvé une certaine normalité ? … Or l’unique désir jamais totalement satisfait, mais qui apporte le vrai bonheur est celui de Dieu; Il se donne à goûter dans le don de soi aux autres, dans la gratuité d’une vie donnée et non la satisfaction de soi et le plaisir égoïste. Je crains malheureusement que seule une crise économique profonde ne nous oblige vraiment à changer de paradigme, à opter pour une nouvelle façon de vivre qui ne serait plus individualiste, mais fraternelle, solidaire… Et c’est Jésus lui-même qu’il nous faut apporter; A travers nos engagements, notre attitude, à travers le don gratuit de os personnes.(Extrait de la Vie, témoignage de Raphaël Pitti médecin au service des malades du Covid-19

Commentaire sur l’Evangile de St Jean

 

…Cet Evangile nous apprend à vivre en ressuscité et sans doute est-ce pour cela que l’Eglise nous donne d’en méditer certains passages durant le temps pascal. Nous avons lu, par exemple, le récit de la relation entre Jésus et Nicodème. Or ce chapitre est une catéchèse baptismale qui explique en quoi consiste la foi chrétienne: non pas tant une adhésion intellectuelle à des articles doctrinaux, qu’une nouvelle naissance d’eau et d’Esprit par le baptême dans la mort et la résurrection du Christ. L’on retrouve, ici développé, le prologue du quatrième Evangile: le croyant est celui qui est « engendré ni du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu »… L’auteur de cet Evangile désire, d’abord et avant tout, nous communiquer cette foi au Christ qui le fait vivre et l’émerveille. Il cherche à faire de chacun de nous des disciples bien-aimés de Jésus - c’est-à-dire des hommes et des femmes qui vivent en grande intimité humaine et spirituelle avec le Seigneur et en grande vérité à l’égard du prochain; le don du commandement nouveau de l’amour mutuel est d’ailleurs rapporté par Jean. Là est notre vocation: nous sommes tous invités à entrer dans cette identité privilégiée du « disciple que Jésus aimait ».

Intentions de prière pour cette semaine

 

- Gardons dans notre intercession le personnel médical des hôpitaux qui vont devoir recevoir beaucoup de malades dans les semaines prochaines.

- Prions pour les défunts de la semaine: pour Mme Andrée Billat inhumée à Jouvençon,

pour M.Michel Clara inhumé à Cuisery, pour Mme Adrienne Boudier inhumée à Rancy.

Prions aussi pour les familles Charbouillot-Buisson, Androz-Loisy et Charbouillot-Androz

Paroisse saint Jean Baptiste en Bresse

Lien paroissial durant la période de confinement

Dimanche 3 mai 2020 - Journée Mondiale de Prière pour les Vocations

Textes : Actes 2,14 –Ps 23, 1-1 1Pierre 2, 20-25 – St Jean 10, 1-10

Lien pour commentaire : https://youtu.be/6llXwzylJbw

« Jésus est le Pasteur, mais aussi la porte, l’entrée du bercail. Lui seul peut pénétrer jusqu’au cœur et à l’âme de l’existence humaine. Quiconque veut y parvenir à son tour doit passer par lui… Jésus est lui-même la forme intérieure de tout ce qui est chrétien. Celui qui veut parler à un homme de façon à l’atteindre profondément là où interviennent les vraies décisions, celui-là doit passer par le Christ. Il doit purifier sa pensée en l’intégrant dans celle du Christ. Il doit rendre sa parole vraie en la subordonnant à celle de Jésus. Alors, il pensera et parlera correctement, et sa pensée et sa parole porteront. Son attention devra être celle même du Christ et sa volonté, pénétrée de son amour. C’est le Christ qui doit parler à travers lui-même, non son propre moi. C’est Jésus qu’il doit donner aux âmes, au lieu de lui-même. Alors le fond de l’âme, qui connaît le Christ et écoute sa voix, donnera sa réponse… (P.Romano Guardini, dans Magnificat de mai 2020, p. 72)

Actualité

Lorsqu'un membre d’une famille entend résonner l’appel au sacerdoce ou à la vie religieuse, c’est toujours une surprise pour lui... « Pourquoi moi ? Pourquoi serais-je appelé ? » Mais c’est aussi une surprise pour ses parents, ses frères et sœurs, son entourage. Une surprise qui peut se mêler d’inquiétude : « sera-t-il heureux ? pourrons-nous toujours profiter de sa présence ? » Une vocation bouleverse les repères familiaux habituels même lorsque l’on semble être préparés, en priant assidûment pour les vocations... Reconnaissons que nous ne sommes jamais préparés au surgissement de l’appel de Dieu et à ses dommages collatéraux... Devenir prêtre ou religieux semble d’abord contredire cet élan primordial. Le chemin qu’un fils ou qu’une fille emprunte en répondant à l’appel du Seigneur est imprévu, il échappe à notre maîtrise, et s’ouvre sur un terrain qui laisse peu de place à la réussite mondaine que secrètement des parents pouvaient espérer… Pourtant avec le Christ une forme de vie, radicalement nouvelle, devient une autre manière d’être fécond. Jésus promet une fécondité inédite, qui se déploie en vie éternelle. Quitter sa famille c’est aussi recevoir et accueillir une famille inattendue, composée de frères et sœurs qui peuvent être très différents les uns des autres, mais ont en commun d’avoir été choisis. Jésus noppose pas la famille dont nous sommes issus et la famille qu’il offre à ceux qu’il appelle. Il nous invite plutôt à inscrire nos familles dans la perspective du Royaume et à accueillir les vocations au cœur de nos familles comme les sentinelles joyeuses et enthousiastes du Royaume ! (Extrait du message du P. Grégoire Drouot pour la journée de prière pour les vocations)

                                      

Annonces du dimanche 3 mai 2020

Proposition

-Parrainer un séminariste par notre prière fraternelle et quotidienne (seul ou en famille, un « Je vous salue Marie » ou la prière pour les vocations sacerdotales).

Intentions de prière

-Pour que les parents donnent avec joie à leurs enfants le goût de vivre selon l’Evangile.

-Prière pour les défunts de la semaine : André Mignot et sa famille, Marcelle Badet et sa famille.