Homélie du 3e dimanche du TO 27/01/2019 - G. Auduc

3ème dimanche du temps ordinaire

A l’époque de Jésus, Nazareth est un petit village perché dans les collines de Galilée. Jésus lui rend visite quelque temps après avoir commencé sa mission dans la région du lac de Tibériade, à une trentaine de kilomètres. Il arrive avec une réputation de prédicateur. Les gens savent qu’il fait du bien. Il guérit les malades et chasse le démon. Les nouvelles circulent vite dans la région et les habitants de Nazareth qui se pressent dans la synagogue ne manquent pas de curiosité. On les comprend. Pendant trente ans de vie cachée, Jésus n’a pas fait parler de lui. Il a vécu simplement, exercé son métier de charpentier et noué des relations avec les personnes de son entourage. En lisant le récit de Saint Luc, nous devinons que la population se pose beaucoup de questions.
Nous voyons Jésus faire la lecture de la Parole de Dieu. Rien d’étonnant à cela. Tout juif qui a été formé par le rabbin et qui s’est familiarisé avec l’Ecriture est admis, dès l’âge de 12 ans parmi les croyants habilités à témoigner de leur foi. Il peut donc prendre la parole le sabbat et commenter les textes devant l’assemblée. De passage à Nazareth, Jésus se voit naturellement invité à le faire.

Le texte que Jésus va expliquer appartient à l’œuvre d’Isaïe. Sous le label de ce prophète qui vivait sept siècles avant le Christ, les Juifs ont regroupé des paroles rédigées à des époques différentes. Le passage que Jésus vient de lire a été rédigé environ 500 ans auparavant. A cette époque, au retour de l’exil, on a reconstruit le temple de Jérusalem qui avait été saccagé par les armées de Nabuchodonosor. Le culte reprend avec beaucoup de ferveur. Les Juifs espèrent que Dieu qui a ramené les siens sur leur terre va les bénir et se manifester. Pour Isaïe, Dieu apporte la paix. Il rend la vue aux aveugles et l’oreille aux sourds. Il libère les prisonniers et manifeste son amour à ceux qui souffrent. En lisant le texte d’Isaïe, Jésus est très ému car il est venu pour manifester la tendresse et la miséricorde de Dieu. Cela, dit-il, se réalise aujourd’hui. Lui, Jésus, en est l’acteur et le garant. C’est une parole très forte qui va poser question. Nous verrons que les habitants de Nazareth ne comprennent pas que Jésus, qu’ils croient connaître, soit l’Envoyé de Dieu. La déclaration de Jésus va retentir comme un coup de tonnerre. Nous recevons aujourd’hui cette déclaration et nous constatons que, pour Saint Luc, elle sert de préface à l’évangile. Il s’agit donc d’une parole solennelle.

Un mot doit retenir notre attention : ‘’Aujourd’hui’’. Ce que Jésus déclare devant ses compatriotes est toujours d’actualité. Jésus Ressuscité continue d’annoncer la Bonne Nouvelle. Il soigne, Il guérit, Il écoute, Il apporte la Liberté. A travers ceux qui croient en Lui et qui accueillent son message, il poursuit sa mission de salut. A première vue, nous sommes tentés d’en douter. Nous connaissons nos limites et nos faiblesses. Nous sommes pécheurs alors que Jésus est sans péché. Nous n’avons pas le sentiment d’accomplir des miracles… Certes, nous savons que Jésus répand sur nous les dons de l’Esprit-Saint. Il ne le fait pas seulement le jour de notre baptême et de notre confirmation. Il le fait quotidiennement. Mais cela suffit-il à nous rassurer ? Pourtant, à y regarder de plus près, il se passe de belles choses chez nous et autour de nous. Certaines personnes ont une charité en éveil. Elles ne vont pas demander aux gens qui en ont besoin s’ils sont français ou étranger. Beaucoup manifestent un sens aigu de la justice et se battent pour de meilleures conditions de vie. Dans le cadre familial, des époux prennent soin l’un de l’autre, surtout quand la maladie s’invite au rendez-vous. Des parents s’occupent de leurs enfants avec une tendresse parfois inquiète. Ils voudraient les voir heureux, bien dans leur peau, dans leur travail et leur vie affective.

Oui, aujourd’hui, à travers les croyants et plus largement les hommes de bonne volonté, Jésus poursuit sa mission de salut. Il nous laisse entrevoir la beauté du cœur de Dieu. Il y a donc une sainteté du quotidien dont personne ne se trouve exclu. Cela ne fait pas de bruit. Mais avons-nous besoin de bruit pour voir grandir et s’épanouir nos frères et sœurs en humanité ?

A la suite de Jésus, si je sais voir ceux et celles qui m’entourent, je cesse d’être un aveugle. Si j’entends les appels des hommes qui ont besoin d’amour, je cesse d’être sourd. Si je respecte les personnes de mon entourage, je collabore à leur libération. C’est cela l’aujourd’hui du salut. Jésus nous rappelle avec propos que ce salut ne réside pas dans les nuages mais qu’il est le don que Dieu fait par nos mains. Jésus a surpris les habitants de Nazareth qui s’étaient construit une image de lui. Nous pourrons nous surprendre les uns les autres si nous entrons dans la démarche de l’évangile.

Le Pape est au Panama. Il n’est pas là pour le tourisme. Mais pour la joie d’une rencontre. Pour une annonce aussi percutante que la prédication du Christ à Nazareth. Le Pape s’adresse en priorité aux jeunes d’Amérique Latine. Apprenons à lire entre les lignes. Nous découvrirons que le message est aujourd’hui aussi neuf que Jésus lui-même.

Georges AUDUC
27/01/2019

Horaires des messes

Tous les horaires des messes dans les 14 villages de la paroisse.

Voir les horaires