Homélie Toussaint 2020 - Brienne

La première lecture, tirée du livre de l’Apocalypse, décrit la vision du Ciel où les saints partagent éternellement la joie de Dieu. Ceux qui bénéficient de cette joie du ciel, comme nous le dit Saint Jean, ne sont pas quelques-uns. Ce ne sont pas deux ou trois élus qui au terme d’un parcours du combattant extrêmement pénible et difficile auraient réussis enfin à gagner le ciel. Pas du tout, ils sont une multitude ! Si nombreux qu’on ne peut pas les dénombrer.

Et cette multitude signifie une variété infinie. Souvent, lorsque nous évoquons les saints nous évoquons ceux qui sont ici représentés sur ces belles icônes ou bien ceux qui sont statufiés comme Jeanne d’Arc ici ou Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus là encore. Ce sont des modèles magnifiques mais inatteignables… Je ne suis pas Jeanne d’Arc qui a conduit le roi de France à Reims en pleine guerre avec les Anglais pour qu’il y soit sacré. Je ne suis pas Thérèse de Lisieux qui a vécu quelques années au Carmel, explorant la voie de l’enfance dans l’humilité et la simplicité de cœur… Bien sûr nous ne sommes pas comme eux et tant mieux parce que Dieu ne veut pas que nous soyons exactement comme eux. Dieu veut que nous soyons saints chacun selon sa route, chacun selon les charismes, les talents dont il est doté dans les circonstances de la vie présente et non pas d’une vie rêvée ! Voilà ce qui est merveilleux, au Ciel, aucun saints ne se ressemblent, ils sont tous différents, parce qu’ils ont tous portés à l’accomplissement la beauté dont Dieu les avait revêtus. Si le péché nous uniformise et nous rend tous parfaitement ternes, la grâce nous distingue et nous fait briller d’un éclat particulier. Etre saint ce n’est pas adopter une posture hiératique, être saint ce n’est pas être bien sage... être saint c’est réaliser le projet que Dieu a déposé en nous au jour de notre baptême : un projet d’amour. Si tu es parent tu deviendras saint en aimant tes enfants, en leur permettant de grandir, de s’accomplir dans les talents que Dieu a disposés en eux. Si tu es enfant, tu deviendras saint en étant plein d’audace et d’énergie pour déployer là aussi et faire grandir toutes les qualités que tu as en toi. Si tu es un travailleur, tu deviendras saint en accomplissant ton travail de la meilleure manière qui soit avec honnêteté et compétence. Si tu es diacre, tu deviendras saint en étant un serviteur dévoué et attentif aux plus faibles. Si tu es responsable de la catéchèse, tu deviendras sainte en transmettant le meilleur de ce que tu as reçu aux petits qui te sont confiés et si tu es époux tu deviendras saint en favorisant toujours la joie et la croissance de ton épouse etc... etc... etc...

Chacun selon sa route, nous devenons saints et certainement pas devenant la photocopie de figures de sainteté considérées de manière trop superficielle. C’est en imitant l’amour de Dieu, en nous laissant transformer par cet amour que la sainteté… et la joie grandissent !

Dans l’évangile des Béatitudes, Le mot « heureux ! » rythme chacune des invocation du Christ et on pourrait le remplacer par de le mot « saint ! ». Tu es saint toi qui est pauvre de cœur, tu es saint toi qui es doux, tu es saint toi qui continue de témoigner de l’amour du Christ malgré les offenses, les blessures et les injures de la vie. La sainteté est notre bonheur.

Qu’est-ce que Jésus veut nous dire à travers les Béatitudes ?
Un chose d’abord, c’est que Jésus voit la situation dans laquelle se trouvent ses disciples ou vont se trouver : une situation de menace, une situation difficile et cette situation de menace dans laquelle Jésus voit concrètement les siens il la change en promesse, en promesse de bonheur. Comme s’il disait à ses disciples : n’arrêtez pas votre regard à la situation telle que vous la voyez maintenant, discernez la promesse que je vous ai faite, la promesse d’un bonheur et d’une vie éternels. Les béatitudes sonnent précisément comme la promesse d’un monde nouveau que Jésus est venu inauguré. Un monde dans lequel nous sommes déjà plongés, mais un monde que nous ne discernons pas parce que nous voyons encore toutes sortes d’empêchements à l’éclosion définitive de la vie. Jésus nous invite donc à une forme de renversement des valeurs. La tristesse est un chemin de joie. La tribulation est un chemin de paix. Les injures et les blessures sont un chemin de réconciliation. Tel est notre bonheur.

Cet évangile résonne sans doute d’une manière toute particulière en ces jours que nous traversons. A cause de la pandémie, à cause aussi des atrocités qui ont été commises à Nice et ailleurs… Ne nous laissons pas voler notre espérance. Nous savons en qui nous avons mis notre confiance…

Permettez-moi cette réflexion, en aparté… Je me demandais ces derniers jours : quelle est la valeur la plus importante que nous devons défendre. Est-ce que c’est la vie ? Je n’en suis pas si sûr. Je ne veux pas que vous vous mépreniez sur mon intention : la vie est à respecter infiniment mais je ne suis pas sûr que la vie biologique soit la valeur ultime. Je repense à une très belle parole de Frère Roger qui disait ceci : dans la vie rien n’est grave, sinon de perdre l’amour. Si bien que je pense que perdre l’amour est encore plus terrifiant que de perdre la vie. Encore une fois, je ne dis pas que la vie n’a pas une immense valeur et que de la perdre ne signifie rien… Je voudrais simplement replacer l’amour au cœur de mon existence, au cœur de nos existences… un amour concret, qui s’exprime dans la générosité, la gratuité, la bonté, une affection renouvelée. Un amour semblable à celui du Christ pour tout homme. « Lui qui était de condition divine s’est anéanti, il s’est abaissé jusqu’à la mort et la mort de la croix… » (Cf. Ph2)

Lorsque nous contemplons les Béatitudes, c’est Jésus que nous discernons. Qui est le pauvre de cœur ? Qui est absolument doux ? Qui est artisan de paix ? Qui sait qu’au travers de tous les obstacles de la mort la vie peut resplendir : Jésus.

Vivre les Béatitudes c’est donc avant tout contempler Jésus et sa victoire sur la croix. Ne pas chercher à faire de grandes choses, des choses extraordinaires, non, contempler le Seigneur. Le contempler, le connaitre, méditer les écritures pour le connaitre mieux. Et puis s’efforcer de vivre et d’aimer comme lui, avec la grâce et le force qu’il nous donne, chaque matin.

Amen.

Transcription de l’enregistrement audio de l’homélie donnée par le p. Grégoire Drouot le 1er novembre 2020 à Brienne.