HOMELIE DU 18è DIMANCE DU TEMPS ORDINAIRE / C : 31 JUILLET 2022.

Bien-aimés de Dieu,

                Je suis très heureux de célébrer pour vous et avec vous cette eucharistie ici à l'ABERGEMENT de CUISERY, en ce 18è dimanche ordinaire, deuxième journée de prières pour les grands parents et pour les personnes âgées. Et aussi en ce 31 juillet où nous célébrons la mémoire de Saint Ignace et de saint Christophe patron de cette église.

                Les lectures de ce dimanche nous rappellent l'essentiel pour la vie de l'homme ; ce qu'il doit toujours rechercher pour son bonheur et pour son salut éternel : c'est la Parole et la Sagesse de Dieu.

                Nous savons bien que notre monde aujourd'hui, dit moderne, pense trouver son bonheur et son salut loin de Dieu et sans lui. Notre monde a fait de Dieu ce qu'il n'est pas en réalité ou l'a simplement oublié et méconnu pour satisfaire librement ses désirs et ses plaisirs.

                « Vanité des vanités », nous dit Qohelet dans la première lecture, « tout est vanité ». Tout ce à quoi nous dédions nos pensées, nos rêves, nos forces, nos activités, notre temps, tout n’est qu’éphémère, provisoire et passager. Rien, absolument en ce monde peut donner à l'homme la vie et le salut si ce n'est la Parole et la sagesse de Dieu. Celui qui l'écoute, l'accueille et la met en pratique trouve le bonheur et le salut éternel.

                Il est vrai que l'homme est appelé à vivre heureux dans ce monde. Nous avons tous besoin d'être heureux et de jouir de richesses que le monde nous offre. Richesses qu'il faut considérer comme don gratuit de Dieu. Cependant, ne perdons pas de vue que le vrai bonheur et la vraie richesse ne peuvent venir que de Dieu et de lui seul. Toute recherche de bonheur et de richesse en dehors de Lui est vaine et pure vanité.

                Dans son épître aux Colossiens, Saint Paul fait une nette différence entre ce qu’il appelle « réalités d'en-haut » et « celles de la terre ». Il veut nous dire par là qu’il y a deux manières de vivre : celle selon l’Esprit, inspirée par la Parole et la Sagesse de Dieu, qui mène au salut ; et celle selon la chair, non inspirée par la Parole et la Sagesse de Dieu, qui mène à la perdition. A chacun de choisir librement.

                Pour les chrétiens et baptisés que nous sommes, je me permets de dire que le choix est clair : la vie selon l'Esprit. Ressuscités avec le Christ par notre baptême, nous sommes entrés dans une nouvelle vie : une vie selon l’Esprit. Nous devons rechercher et vivre selon les réalités d'en haut. C'est là où se trouve notre bonheur et notre salut.

Il ne s’agit pas pour nous de vivre une autre vie que la vie ordinaire, mais de la vivre dans l'Esprit et la sagesse de Dieu.

2

                Dans l’évangile, Jésus nous exhorte à éviter tout ce qui est source de querelles et des conflits entre nous, entre frères. Je peux aller plus loin, entre nations. L'origine de toute querelle et de tout conflit c'est souvent la convoitise, la soif et le désir de tout posséder et de tout commander. Jésus nous rappelle que le vrai bonheur ne se trouve pas dans l’accumulation de biens matériels mais bien dans la vie en Dieu et dans les bonnes relations avec les autres.

                Aimer Dieu et son prochain comme soi-même est la source de ce bonheur qui provient non des biens de ce monde mais de la sagesse de Dieu. Jésus appelle chacun de nous à ne pas se compromettre dans la recherche et la poursuite des plaisirs de ce monde, aux risques de passer à côté de l'essentiel et de la vraie richesse qui n'est rien d'autre que l'amour de Dieu et du prochain.

                Le pauvre homme de la parabole de tout à l'heure, (tout riche qu’il se croyait), a oublié que la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. Il a fondé son espoir sur sa richesse mais une richesse qui ne pouvait lui donner ni la vie, ni le bonheur, ni le salut. Notre vie appartient à Dieu.

                Voilà pourquoi, en toute chose, il faut chercher d'abord le Règne de Dieu ; chercher à s’enrichir de son Esprit, de sa Parole et de sa Sagesse. Être riche en vue du Royaume, c’est se regarder soi-même en regardant le monde et les autres comme les fruits de l'amour de Dieu.

                Dieu est le seul capable de donner la vie en abondance, le bonheur et le salut à ceux qui demeurent fidèles à sa Parole. En toutes circonstances et à tout âge de notre vie, Il nous donne sa Parole et sa Sagesse, source de vrai bonheur. Sachons les accueillir et les mettre à profit pour le bien et le salut de tous.

                Que par l'intercession des saints Ignace et Christophe, Dieu accorde à tous les grands parents et à toutes personnes âgées, pour la plupart fragiles, la grâce du bien-être et de la fidélité à sa parole. Qu'il nous apprenne à mettre notre espoir en lui plutôt qu'aux richesses de ce monde.

                Amen !

Père Gabriel NZURU MATEBA.

21° Dimanche du Temps Ordinaire – 22 août 2021

Livre de Josué Jos 24, 1-2a.15-17.18b)
« Nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu »

Psaume 33
R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur

Lettre de St Paul aux Éphésiens Ep 5, 21-32
« Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église »  

Alléluia. Alléluia.

"Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie ; tu as les paroles de la vie éternelle."
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon St Jean Jn 6, 60-69
« Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle »


Autrefois lorsque des tribus avaient décidé de faire alliance, elles se rassemblaient en pleine nature. Le prêtre saisissait un tesson d'argile. Au cours de la célébration, il le cassait sur un rocher en autant de morceaux qu'il y avait de tribus. Et chaque chef de tribu recevait alors la part qui lui revenait. Lors de l'assemblée suivante, chaque tribu devait apporter son morceau de tesson. Au cours de la célébration de l'alliance le prêtre rassemblait tous les morceaux afin de reconstituer le tout.

Ceci est à l'origine du mot "symbole" (en grec sun-bollon = littéralement avec son morceau).

Nous avons gardé ce mot "symbole" pour désigner notre Profession de Foi appelée "symbole des apôtres" chaque chrétien étant invité à offrir sa part.

  • Dans la première lecture que la Bible appelle volontiers l'Assemblée de Sichem, Josué réussit à rassembler toutes les tribus : celles qui ont vécu le départ d'Égypte et la traversée fameuse de la Mer Rouge, et celles qui n'avaient jamais quitté le pays d'Israël. Elles sont de même culture, voire même de cultures différentes. Et Josué dit au peuple rassemblé : "Choisissez aujourd'hui qui vous voulez suivre : moi et les miens – ajoute-t-il – nous voulons servir le Seigneur ! "

Cette question de confiance va provoquer une véritable Profession de Foi. "Plutôt mourir que d'abandonner le Seigneur."

  • À sa manière dans la deuxième lecture, l'Apôtre Paul réveille la foi des Éphésiens au Christ et à l'Église.

Puisque vous avez fait le choix du Christ, leur dit-il, vivez-en toutes les conséquences dans votre vie quotidienne, à commencer par la vie de couple. Apprenez à vivre une dépendance d'amour qui vous conduise au respect réciproque.

  • L'Évangile enfin reprend le même thème. Le Christ vient d'affirmer avec force des paroles pas très bien comprises par beaucoup : "Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle."

L'Évangile nous dit que beaucoup de disciples à l'écoute de ces paroles s'écrièrent : "cela est intolérable… Comment peut-il donner son corps à manger ?" Et ils le quittaient.

Ils n'avaient pas compris que les paroles de Jésus sont Esprit et Vie. Il ne nous invite pas à être des anthropophages mais à accueillir son Corps de Ressuscité.

"Quand tu communies- disait St Augustin- tu deviens ce que tu es : le Corps du Christ." C'est pourquoi dans l'Évangile, Jésus pose -comme Josué- la question de confiance à ses disciples : "Voulez-vous partir vous aussi ? "

Ce qui provoque la fameuse profession de Foi de Pierre : "Seigneur vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les Paroles de la vie éternelle ! Quant à nous, nous croyons et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu".

Le Christ n'aura pas donné sa vie pour rien. Regardez le grain de blé : enfoui dans la terre, il meurt… et de sa mort jaillit une vie multipliée par 10, 30, 50 ou cent.

Le Christ, lui aussi, est mort seul, lui, le Fils unique et Dieu le Père l'a ressuscité en multitude. Le Christ, tête d'un Corps aux dimensions de l'humanité, s'entraîne à renaitre par le bain du baptême et en Parole de Vie.

Ce Corps aujourd'hui, c'est moi, c'est vous, et nous voilà tous appelés à la Vie éternelle dans le sillage du premier-né d'entre les morts.

Cette Église-Espérance faite de médiocres et de saints, Jésus l'a aimée passionnément. Il voulait se la présenter à lui-même, resplendissante, sans taches ni rides ni défauts. Il la voulait sainte et irréprochable, nous donnant ainsi la mesure de l'Alliance rêvée par Dieu depuis la création du premier couple humain à son image et à sa ressemblance.

Cette Église, notre Église c'est nous tous aujourd'hui avec notre poids de péché et notre sainteté ; en célébrant l'eucharistie, le Christ renouvelle sans cesse l'Alliance qu'il a scellée dans son sang.

En disant dans un instant le "Je crois en Dieu", pensons à la part, au morceau de tesson que nous apportons, car nous sommes ensemble le Corps du Christ et demandons au Ressuscité de raviver la foi de tous et de chacun. Amen !

Père André AUDUC

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (210822-21 TO B HOMELIE-00.pdf)210822-21 TO B HOMELIE-00.pdf[ ]263 Ko

22° Dimanche du Temps Ordinaire ** 29 août 2021

Lecture du livre du Deutéronome Dt 4, 1-2.6-8
"Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne… vous garderez les commandements du Seigneur "

Psaume 14 , 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5
"Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? "

Lecture de la lettre de saint Jacques 1, 17-18.21b-22.27
"Mettez la Parole en pratique"

Alléluia. Alléluia.
"Le Père a voulu nous engendrer par sa parole de vérité, pour faire de nous comme les prémices de toutes ses créatures."
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 7, 1-8.14-15.21-23
"Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes."

Quand nous lisons les Évangiles, nous rencontrons souvent le terme "pharisiens". Nous savons que Jésus ne s'entendait pas bien avec ces gens-là, mais nous ne les connaissons guère. À l'époque de Jésus, les Juifs ne vivaient pas tous en Palestine. Beaucoup habitaient l'étranger, parfois loin de Jérusalem. Ils se réunissaient dans des synagogues et priaient en grec plutôt qu'en hébreu. L'éloignement géographique les rendait solidaires entre eux, très attachés à leur foi et à la pratique de la loi de moïse. Ils y étaient encouragés par les pharisiens. Jésus n'a pas rencontré de Juifs extérieurs à son pays, quelques-uns sans doute à l'occasion des pèlerinages. Par contre, pendant sa vie publique, il a sillonné la Galilée et la Judée. C'est là surtout qu'il a été aux prises avec les pharisiens. En règle générale, ces personnes très pieuses et très pratiquantes, avaient une connaissance approfondie des Écritures. Elles enseignaient les enfants qui apprenaient à devenir de bons juifs. Elles prêchaient dans les synagogues. Les populations les respectaient et les craignaient car elles se montraient hautaines et jouaient volontiers les redresseurs de torts. À Jérusalem, autour du temple, les pharisiens avaient une influence considérable, à tel point qu'ils faisaient partie, pour les plus connus, du fameux sanhédrin : une assemblée de notables présidée par le grand prêtre et qui régissait la vie religieuse d'Israël. Aux yeux de ces gens-là, Jésus apparaissait comme un personnage à surveiller de près, trop libre dans ses paroles et dans ses gestes. On lui reprochait d'enseigner les foules alors qu'il n'avait pas étudié dans les grandes écoles et qu'il venait de Nazareth, un village insignifiant. Jésus n'est pas entré en conflit avec les pharisiens par esprit de provocation mais bien parce qu'il n'était pas d'accord avec leurs pratiques. En effet, ces gens-là ne se contentaient pas des 10 commandements mais ils observaient des pratiques minutieuses qui régentaient les moindres détails de la vie quotidienne. D'ailleurs les braves gens se perdaient dans la forêt des interdits et des obligations… Dans le débat qui oppose Jésus aux pharisiens, un mot revient souvent : le cœur. "C'est du dedans du cœur de l'homme que sortent les pensées perverses…" s'écrie Jésus. En clair, vous faites la guerre à mes disciples sur la propreté des mains et sur ce qu'ils mangent. Vous feriez mieux de vous intéresser à leur cœur : ce qu'ils pensent, ce qu'ils souhaitent, leur attachement aux biens et aux personnes qui souffrent. Pour Jésus comme pour les prophètes, Dieu regarde le cœur. Jésus invite donc les siens à aimer Dieu notre Père de toutes leurs forces et à aimer leur prochain. En clair, ce n'est pas la nourriture qui a de l'importance, c'est ce qui sort du cœur de l'homme. Et là, le Christ se montre sévère. Il énumère les inconduites, les violences, la volonté du pouvoir, l'orgueil et la jalousie. Pour Jésus, en se tournant vers Dieu et en servant ses frères, l'homme accomplit son destin. C'est cela la volonté de Dieu. Saint Jacques, dans le texte que nous avons lu tout à l'heure, insiste à sa manière :" Accueillez la Parole de Dieu semée en vous. Mettez-la en pratique. Ne vous contentez pas de l'écouter".

Auj0urd'hui, les querelles entre Jésus et les pharisiens semblent loin de nos préoccupations. Les siècles ont passé. Le monde a changé et continue de changer. Cependant, la Parole de Dieu ne vieillit pas. Elle s'adresse à chacun. Elle franchit les frontières. Elle pénètre les cultures. Elle parle toutes les langues. Jésus nous questionne : "Toi, le moderne, est-ce que tu accueilles la Parole de Dieu ? Est-ce que tu ouvres l'Évangile ?" Au moment de la profession de foi, nombre d'entre nous avons reçu un texte des Évangiles, parfois même une Bible complète. Est-ce que ce cadeau prend la poussière sur une étagère ? Avons-nous envie de savoir, comprendre et partager ? Certes, il y a l'Évangile du quotidien ; il s'exerce au travers de nos relations de famille, de travail, de voisinage, de loisirs. Mais il est souvent déconnecté de la source car on en prend et on en laisse. Il arrive que les soucis habituels nous envahissent à tel point que nous ne savons pas clairement où nous en sommes. C'est là que la Parole prend sens, là qu'elle nous rejoint si nous voulons la laisser pénétrer dans notre cœur. Nous vivons dans une société inquiète. Il y a de quoi, les événements internationaux nous préoccupent. Plus près de nous, nous voyons la violence s'installer un peu partout, même à la campagne. Les jalousies, les envies, la dictature de l'argent ne sont pas que des mots. Nous savons qu'elles font des victimes. Oui, ce qui sort du cœur de l'homme n'est pas toujours de qualité ! Laisser entrer la Parole de Dieu, découvrir la présence aimante de Jésus, c'est un enjeu majeur. Nous craignons que la fidélité à l'Évangile nous mette à contre-courant de la société. Mais c'est inévitable ! C'est dans ce malaise, cette prise de conscience que commence la mission. En nourrissant nos cœurs et nos intelligences, la Parole fortifie nos résolutions et nous aide à assumer notre identité de chrétiens. Cela mérite réflexion de notre part…

Hier et avant-hier, dans l'Église, nous avons honoré deux membres d'une même famille, la mère et le fils : Monique et Augustin. Le fils est très connu. C'est un des plus grands penseurs de l'Antiquité, un écrivain de génie, un évêque qui jouit encore d'une grande influence. Avant de devenir évêque, il est devenu chrétien. Il a mené une vie dissipée. Il a longtemps cherché sa voie. Le jour où il a donné son cœur à Jésus a été déterminant. Sa vie a basculé. Bien vite les chrétiens d'Hippone, en Algérie, où il vivait, ont discerné ses qualités. Il est devenu leur évêque. Sa mère, Monique, était une personne de grande foi. Elle souffrait de l'attitude de son fils. Elle l'observait dans ses tâtonnements et sa recherche. Elle priait sans cesse pour lui. Monique a été exaucée. Elle a vécu le baptême d'Augustin comme une fête. Cette mère et ce fils étaient des gens de leur époque, le 4ième siècle, bien insérés dans la société. La Parole de Dieu a illuminé leurs vies. Du dedans de leur cœur sont sortis l'amour et le service. Leur histoire est un peu la nôtre.

Père Georges AUDUC

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (210829-22 TO B 2021-08-29-HOMELIE-01.pdf)210829-22 TO B 2021-08-29-HOMELIE-01.pdf[ ]233 Ko

8 août 2021-19ème Semaine du Temps Ordinaire — Année B

Lecture du premier livre des Rois (1 R 19, 4-8)
« Fortifié par cette nourriture, il marcha jusqu’à la montagne de Dieu »

Psaume (Ps 33)
R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !

Lecture de la lettre de St Paul aux Éphésiens (Ep 4, 30 – 5, 2)
« Vivez dans l’amour, comme le Christ »

Alléluia. Alléluia.
Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel,
dit le Seigneur ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement.
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 6, 41-51)


D’après des sondages, les Français seraient le peuple le plus râleur au monde.  Selon une étude, nous nous plaindrions 15 à 30 fois par jour. Tout prétexte serait bon pour se plaindre : en tête bien sûr le gouvernement, la pandémie, les vaccins, le pass, la météo, les impôts, les embouteillages, les salaires, l’informatique toujours en panne, la SNCF… Serions-nous d’éternels insatisfaits ? A côté du Schtroumpf Grognon, du Nain Grincheux, il y aurait le Français Râleur !

Ce matin, par la liturgie de la parole, nous apprenons qu’il y a aussi le peuple de Dieu qui râle ! Tout le peuple de Dieu, depuis les Hébreux jusqu’aux chrétiens :

Première lecture : « le prophète Élie marcha toute une journée dans le désert, vint s’asseoir à l’ombre d’un buisson et demanda la mort en disant : « Maintenant, Seigneur, c’en est trop ! Reprends ma vie : je ne vaux pas mieux que mes pères. » Puis il s’étendit sous le buisson, et s’endormit. »

Deuxième lecture : Paul aux Ephésiens : « Frères, n’attristez pas le Saint Esprit de Dieu : Amertume, irritation, colère, éclats de voix ou insultes, tout cela doit être éliminé de votre vie, ainsi que toute espèce de méchanceté. »

 L’Evangile : « En ce temps-là, les Juifs récriminaient contre Jésus parce qu’il avait déclaré : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel. »  Ils disaient : ‘nous le connaissons…. comment peut-il dire : « je suis le pain du ciel ? »’ Jésus reprit la parole et dit : « Ne récriminez pas entre vous… »

Bien des fois, dans son histoire, le peuple s’est rebellé contre Dieu, lui a cherché querelle, l’a contesté, provoqué, a ruminé et s’est révolté contre lui pour reprendre les expressions de la Bible. On l’a appelé le peuple des murmures. Les textes, qui racontent cela, sont très nombreux et désastreux dans la relation de Dieu et de l’humanité, du Père et des enfants que nous sommes !

Ce murmure, il nait lorsque le Satan insuffle et distille le premier mensonge à l’oreille de nos premiers parents : « Vous serez des dieux ! »

Murmurer, c’est dire des choses à voix basse et non pas en face, mais « entre vous » comme dit Jésus. C’est déjà répandre des rumeurs, les fake news d’aujourd’hui, c’est entretenir le trouble et la division, c’est se complaire dans le négatif stérile, c’est étaler sa rancœur et s’enfermer dans le mensonge. C’est en définitive refuser la vérité, l’amour et se condamner à périr. St Paul nous dit : « Agissez, en tout, sans murmures ni contestations ! » Ph 2/14

Pourquoi cette résistance dans nos relations fraternelles déjà avec les autres mais à plus forte raison avec notre Père commun ? Pourquoi sinon parce que nous portons au cœur cette blessure qui, un jour, par le péché des origines nous a fait douter de l’amour absolu de Dieu, amour que nous avons pris pour un manque de liberté. Terrible maldonne, terrible malentendu !

Si Elie, dans le premier texte, se réfugie dans le désert, fuyant la colère de la reine Jézabel, c’est qu’il se rend compte qu’il a été un mauvais prophète. Il a failli à sa mission et par ses actes, ses décisions il a annoncé un Dieu terrible, éliminé ses opposants, exigé des preuves de la présence et de la puissance de Dieu. Il se souvient de la Parole du Deutéronome : « Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu ! » Dt 6/16. Elie a mis Dieu à l’épreuve… Lui, le prophète, il s’est conduit comme le peuple rétif qui murmurait contre Dieu et l’obligeait à se manifester. (Voir 1 Livre des Rois 18 et 19)

Or voilà qu’au sein même de sa fuite et de sa détresse, il découvre un Dieu de compassion, il fait l’expérience d’un Dieu de compassion : l’ange du Seigneur, autrement dit Dieu lui-même qui lui apporte nourriture pour survivre dans cette longue marche trop longue pour lui seul.

« Debout ! Mange ! » et à nouveau : « Debout ! Mange ! Car le chemin est trop long pour toi ! »

Ces deux fois indiquent la conjonction des registres humain et divin… Il y a un repas pour restaurer l’humanité, un autre pour insuffler à la chair, la force de Dieu !

Fort de cette nourriture, Elie marche 40 jours, 40 nuits pour parvenir à la rencontre suprême, au sommet de l’Horeb. Il met ses pas dans ceux de Moïse. Leur rencontre avec Dieu, à tous deux, va transfigurer leur chair : Moïse rayonne au point de mettre un voile sur son visage tandis qu’Elie est enlevé au ciel dans un tourbillon de feu.

Avant-hier, nous avons fêté, la transfiguration du Seigneur. Sur une haute montagne qui rappelle l’Horeb, près de Jésus, écrit Marc, il y a Moïse et Elie.

Pierre, Jacques et Jean deviennent les témoins absolus et définitifs de l’identité du Dieu Trinité. C’est bien le même être qui se révèle PERE au buisson ardent et FILS en présence de Moïse et d’Elie eux-mêmes acteurs et témoins de cette aventure et expérience spirituelle qui peut, qui doit être la nôtre aujourd’hui.

Où en sommes-nous dans notre découverte de Dieu ? Sommes-nous passés du Dieu de colère, de vengeance, d’autorité, de puissance, au Dieu d’amour ? Où en sommes-nous dans notre foi en l’Eucharistie, action de grâce, merci pour le pain sacré, le pain de vie éternelle, le pain de résurrection ? Sommes-nous capables, nous rendons-nous capables d’entendre et de comprendre ces paroles de vie du Christ qui veut nous emmener plus loin que le nez dans notre misère, dans notre péché, dans notre suffisance. Voulons-nous y croire ?

« JE SUIS » avait dit Yahvé au buisson ardent. 13 siècles plus tard, le Fils reprend les mêmes mots en trois affirmations : « Moi, je suis le pain descendu du ciel/Moi, je suis le pain de la vie/Moi, je suis le pain vivant ! »

Ces mots, Il les prononce avec la puissance de l’autorité et de la tendresse, de la compassion, (celui qui souffre avec), ces mots il les révèle et en même temps, il SE révèle aux affamés qui le cherchent et qui l’ont rejoint dans cet ailleurs, dans cet au-delà de l’autre rive ! Mots qui provoqueront la colère des Juifs et aussitôt après le départ de nombre de ses disciples : « Ils se retirèrent et cessèrent de l’accompagner » écrira Jean.

Frères et sœurs, qu’allons-nous faire, décider pour notre avenir. Paul, dans l’épitre, nous invite au pardon, à la générosité et à la tendresse. « Imitez dieu puisque vous êtes ses enfants bien-aimés. Vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous ! »   AMEN !

Père Yves Bachelet

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (210808-19 TO B HOMELIE 2021-01.pdf)210808-19 TO B HOMELIE 2021-01.pdf[ ]402 Ko