Bienvenue !
Paroisse Saint Jean-Baptiste en Bresse
La paroisse Saint Jean-Baptiste en Bresse fait partie du diocèse d'Autun et du doyenné de Bresse. Elle compte 14 clochers.

CONTACTER LA PAROISSE


Cure de Cuisery
88 rue de l'église, 71290 Cuisery
Tél. : 03 85 40 06 24
Mobile : 06 44 74 54 41

Les permanences sont assurées à la cure de Cuisery :
  • Mardi 9h30 - 11h30 (sauf durant les vacances scolaires)
  • Samedi 9h30 - 11h30

J'envoie un email

Je consulte tous les contacts

Je contacte un prêtre

Photo d'illustration. 

CARÊME 2022

Carême 2022: «Ne nous lassons pas de faire le bien»

Dans un message publié ce jeudi 24 février en vue du prochain temps de Carême, le Pape invite à semer le bien pour participer à la magnanimité de Dieu, car «le fruit accompli de notre vie et de nos actions est le fruit pour la vie éternelle’». En ce temps de pandémie, le Saint-Père encourage à placer sa foi dans le Seigneur et, trouvant appui dans sa grâce, à renoncer au mal et à prendre le temps de pratiquer laumône avec joie.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

Actuellement, la cupidité et l'orgueil, le désir de posséder, d'accumuler et de consommer prévalent trop souvent, regrette François. Or, le Carême est un «temps propice de renouveau personnel et communautaire» qui conduit à la Pâques de Jésus-Christ mort et ressuscité ; un temps qui invite à la conversion «pour que la vie ait sa vérité et sa beauté non pas tant dans la possession que dans le don, non pas tant dans laccumulation que dans la semence du bien et dans le partage». Dans son message pour le Carême 2022 qui sappuie sur un extrait de la lettre de Saint Paul aux Galates(Gal 6, 9-10a),le Pape invite à ne pas se lasser de faire le bien, à semer sans perdre courage en vue dune récolte.

Sunir à la féconde magnanimité de Dieu

Pendant le Carême, les catholiques sont appelés à répondre au don de Dieu en accueillant sa Parole pour développer une docilité prête à son action, et à devenir «des collaborateurs de Dieu». Faire du bien nest pas «un fardeau», mais «une grâce par laquelle le Créateur nous veut activement unis à sa féconde magnanimité». Si le premier fruit du bien semé se retrouve en nous-mêmes, assure François, lon ne voit qu'une petite partie du fruit de ce que nous semons. Dailleurs, le Pape souligne combien semer le bien pour les autres «libère de la logique étroite du gain personnel et confère à nos actions le large souffle de la gratuitéen nous insérant dans l'horizon merveilleux des desseins bienveillants de Dieu.» En outre, précise le Saint-Père, le fruit accompli de notre vie et de nos actions est le «fruit pour la vie éternelle» (Jn 4, 36). La véritable moisson est la moisson eschatologique. Jésus utilise l'image du grain qui meurt en terre et porte du fruit pour exprimer le mystère de sa mort et de sa résurrection ; une image que reprend saint Paul.

Placer son espérance dans le Seigneur

Le Carême appelle à placer sa foi et son espérance dans le Seigneur, en effet, «face à lamère déception de tant de rêves brisés, face à l'inquiétude devant les défis qui nous attendent, face au découragement dû à la pauvreté de nos moyens, la tentation est de se replier sur son propre égoïsme individualiste et de se réfugier dans l'indifférence aux souffrances des autres». Le Pape invite à ne pas se lasser de prier car nous avons besoin de Dieu. «Suffire à soi-même est une illusion dangereuse». Il répète quon ne se sauve pas seul, et que surtout personne nest sauvé sans Dieu.

“«Si la pandémie nous a fait toucher du doigt notre fragilité personnelle et sociale, que ce Carême nous permette d'expérimenter le réconfort de la foi en Dieu sans laquelle nous ne pouvons pas tenir»”

Outre la prière, le Pape invite à ne pas se lasser d’éliminer le mal, de demander pardon dans le sacrement de la pénitence et de la réconciliation, de lutter contre la concupiscence. Une des voies qui plonge lhomme dans le péché est le risque daddiction aux médias numériques, précise-t-il. «Le Carême est un temps propice pour contrer ces écueils et cultiver plutôt une communication humaine plus intégrale».

Pratiquer une charité concrète

François appelle également à poursuivre une charité concrète, de pratiquer «laumône avec joie», en prenant soin de ses proches, des frères et sœurs blessés sur le chemin de la vie. Il faut les rechercher et non les éviter ; appeler et non ignorer ceux qui veulent être entendus ; visiter et non abandonner ceux qui souffrent de la solitude. Le Pape invite à «prendre le temps daimer» les plus petits et les sans défense, les abandonnés et les méprisés, celui qui est victime de discrimination et de marginalisation.

“«Le jeûne prépare le terrain, la prière lirrigue, la charité le féconde»”

Dans son message de Carême, le Pape exhorte chacun à demander à Dieu «la patience constante du cultivateurpour ne pas renoncer à faire le bien, pas à pas». Que celui qui tombe tende la main au Père qui relève toujours. En ce temps de conversion, «trouvant appui dans la grâce de Dieu et dans la communion de l'Église», le Pape invite à semer le bien, sans perdre courage . «Avec le don de la persévérance, nous obtiendrons les biens promis pour notre propre salut et celui des autres». Il invite à sunir au Christ et à goûter davance la joie du Royaume des Cieux.

Le temps du Carême débutera le 2 mars prochain, avec le Mercredi des Cendres. À cette occasion, le Pape se rendra à 16h30 l'église Saint Anselme sur la colline de l'Aventin pour y présider la cérémonie pénitentielle, puis se rendra à la Basilique Sainte Sabine à 17 heures afin de célébrer la messe des Cendres.


Alors que la campagne électorale 2022 démarre, le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France publie “L’espérance ne déçoit pas”. Les dix évêques proposent aux citoyens, aux catholiques et à ceux qui voudront bien le lire, quelques repères de discernement sur la vie sociale et politique. L’Église souhaite avec humilité contribuer à la réflexion qui alimentera les débats nécessaires au vote de la prochaine Présidence de la République.


Extraits de la conférence donnée par le P. Frédéric Dumas le 15 janvier à Romenay


La question que vous mavez posée, cest : comment articuler le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel ?


Le sacerdoce commun des fidèles concerne donc tous les fidèles du Christ, ceux que Jean Paul II appelle "Christi fideles laïci", c’est à dire tous les baptisés.
Le sacerdoce commun est une charge que l'on reçoit avec son baptême, une charge que Dieu lui-même va nous faire vivre en nous donnant tout pour la vivre. Ainsi, quand il nous dit "aimez-vous les uns les autres" il nous donne l'amour pour nous aimer, pour aimer les autres. Le sacerdoce commun des fidèles c'est donc cette consécration qui est une mission d'offrande de sa personne, de sa vie. Nous sommes donc comme baptisés, nous tous, prêtres, laïcs et religieux, religieuses quel que soit notre état de vie, consacrés non pas pour exercer un pouvoir mais pour faire de notre vie un don, une offrande. Le Concile dira que lhomme ne peut se trouver lui-même que par le don désintéressé de lui-même. Ce sacerdoce est un sacerdoce réel vécu, proposé à tous les chrétiens, donné en charge à tous les disciples du Christ pour révéler l'amour du Père.


Le sacerdoce des évêques, des prêtres est ministériel. Il n’est pas de la même nature que le sacerdoce commun des fidèles. Ce sacerdoce s'intéresse particulièrement au sacerdoce commun des fidèles. Les laïcs d'une communauté chrétienne dans laquelle il n'y a pas d'exercice d'une manière ou d'une autre du sacerdoce ministériel auront beaucoup de mal à vivre leur vocation de baptisés dans le monde.

Au cours de l’Eucharistie lorsque le prêtre dit "ceci est mon corps livré pour vous" il parle du corps du Christ, il parle aussi de son corps et il espère que vous parlez aussi du vôtre et ensemble - puisque nous sommes le corps du Christ- nous sommes dans cette dynamique du don de nous -mêmes les uns aux autres. Chacun est doté d'un certain nombre de dons et ces dons-là ne sont pas faits seulement pour soi-même. Ils sont faits pour que chacun vive son baptême dans un sacerdoce commun, cest-à-dire dans un service commun, dans une communauté, pour le bien du monde qui l'entoure. Tous ceux qui m'entourent ont besoin de l'Évangile et moi j'ai besoin de la communauté pour exercer ce service et j'ai besoin du sacerdoce ministériel.


Pour consulter l’intégralité de la conférence, cliquer sur la pièce jointe ci-dessous.
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Conférence Frédéric Dumas.pdf)Conférence Frédéric Dumas.pdf[ ]255 Ko