La prière des 5 doigts

Il y a vingt ans, Jorge Mario Bergoglio, évêque de Buenos Aires et actuel pape François, a écrit une prière qui est devenue très populaire en Argentine. C’est une prière simple qui reflète, en fait, le caractère et le style du Saint-Père. Une prière « à portée de la main », une prière sur les doigts de la main, une prière universelle complète et riche :

La prière des « 5 doigts » d’après un enseignement du pape François

Le pouce est le doigt le plus proche de vous. Donc, commencez par prier pour ceux qui vous sont les plus proches. Ils sont les personnes les plus susceptibles de revenir à vos mémoires. Prier pour les gens qui nous sont chers est un « doux devoir ».Restons quelques instants en silence pour penser aux membres de nos familles, nos amis, nos proches, nos collègues et les personnes connues ou inconnues que nous avons croisées en ce jour.

Ensuite l’index. Priez pour ceux qui enseignent, ceux qui s’occupent de l’éducation et des soins médicaux : pour les enseignants, les professeurs, les médecins et les prêtres, les catéchistes. Ils ont besoin de soutien et de sagesse afin qu’ils puissent montrer le droit chemin aux autres. Ne les oubliez pas dans vos prières.Arrêtons-nous un moment pour méditer sur l’importance de l’enseignement de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte et sur l’intérêt de soins de santé de qualité prodigués respectivement par un corps professoral et médical motivés.

Le doigt qui suit est le majeur, le plus long. Il nous rappelle nos gouvernants. Priez pour le Président, pour les députés, pour les entrepreneurs et pour les administrateurs. Ce sont eux qui dirigent le destin de notre pays et sont chargés de guider l’opinion publique. Ils ont besoin de l’aide de Dieu.Attardons-nous un peu sur tous les types de dirigeants à tous les niveaux que ce soit la politique avec les pouvoirs législatif et exécutif, la magistrature avec le pouvoir judiciaire, l’économie avec les chefs d’entreprise, la presse, les dignitaires spirituels.

Le quatrième doigt est l’annulaire. Bien que cela puisse surprendre la plupart des gens, c’est notre doigt le plus faible, et tout professeur de piano peut le confirmer. Vous devez vous rappeler de prier pour les faibles, pour ceux qui ont beaucoup de problèmes à résoudre ou qui sont éprouvés par la maladie. Ils ont besoin de vos prières jour et nuit. Il n’y aura jamais trop de prières pour ces personnes. Nous sommes aussi invités à prier pour les mariages.A présent, prions pour les personnes en position de faiblesse : les malades, les personnes handicapées, les personnes mutilées, abandonnées, rejetées, exclues, humiliées, endeuillées, les marginaux, les victimes en tout genre, les sinistrés, les accidentés. Ceux et celles qui doivent se reconstruire après un traumatisme. Etant donné que l’annulaire est le doigt de l’alliance, demandons également au Seigneur de protéger les couples unis par le mariage.

Et enfin, il y a notre auriculaire, le plus petit de tous les doigts, aussi petit que nous devons nous tenir devant Dieu et devant les autres. Comme le dit la Bible, « les derniers seront les premiers ». Le petit doigt est là pour vous rappeler que vous devez prier pour vous-même. Ce n’est que lorsque vous avez prié pour les quatre autres groupes, que vous pourrez le faire pour vous en toute confiance.Enfin, même si Dieu « votre Père sait bien ce qu'il vous faut, avant que vous le lui demandiez » (Mt 6,8), vous pouvez maintenant lui demander dans votre for intérieur de subvenir à vos besoins spirituels et matériels et si c’est conforme à sa volonté et à son plan d’amour sur vous, il vous l’accordera dans son infinie miséricorde.

L'Eglise n'est pas une douane...

Exhortation apostolique du Pape François. Paragraphe 47

« L’Eglise est appelée à être toujours la maison ouverte du Père. Un des signes concrets de cette ouverture est d’avoir partout des églises avec les portes ouvertes. De sorte que, si quelqu’un veut suivre une motion de l’Esprit et s’approcher pour chercher Dieu, il ne rencontre pas la froideur d’une porte close. Mais il y a d’autres portes qui ne doivent pas non plus se fermer. Tous peuvent participer de quelque manière à la vie ecclésiale, tous peuvent faire partie de la communauté, et même les portes des sacrements ne devraient pas se fermer pour n’importe quelle raison. Ceci vaut surtout pour ce sacrement qui est « la porte », le Baptême. L’Eucharistie, même si elle constitue la plénitude de la vie sacramentelle, n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles… L’Eglise n’est pas une douane, elle la maison paternelle où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile. »

La fraternité, fondement et route pour la Paix

Message du Pape François pour la célébration de la 47è journée mondiale de la Paix, le 1er janvier 2014

LA FRATERNITE, FONDEMENT ET ROUTE POUR LA PAIX

"La fraternité est une dimension essentielle de l’homme, qui est un être relationnel. La vive conscience d’être en relation nous amène à voir et à traiter chaque personne comme une vraie sœur et un vrai frère ; sans cela, la construction d’une société juste, d’une paix solide et durable devient impossible. Et il faut immédiatement rappeler que la fraternité commence habituellement à s’apprendre au sein de la famille, surtout grâce aux rôles responsables et complémentaires de tous ses membres, en particulier du père et de la mère. La famille est la source de toute fraternité, et par conséquent elle est aussi le fondement et la première route de la paix, puisque par vocation, elle devrait gagner le monde par son amour.

Le nombre toujours croissant d’interconnexions et de communications qui enveloppent notre planète rend plus palpable la conscience de l’unité et du partage d’un destin commun entre les nations de la terre. Dans les dynamismes de l’histoire, de même que dans la diversité des ethnies, des sociétés et des cultures, nous voyons ainsi semée la vocation à former une communauté composée de frères qui s’accueillent réciproquement, en prenant soin les uns des autres. Mais une telle vocation est encore aujourd’hui souvent contrariée et démentie par les faits, dans un monde caractérisé par cette “ mondialisation de l’indifférence ”, qui nous fait lentement nous “ habituer ” à la souffrance de l’autre, en nous fermant sur nous-mêmes…"

RIP NELSON MANDELA

"J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre.

Le principal événement du pays en 1958 fut les élections générales - « générales » uniquement parce que trois millions de Blancs pouvaient y participer mais aucun des treize millions d'Africains. Nous débattions pour savoir s'il fallait organiser une riposte. Nous dévions répondre à la question centrale suivante : est-ce que des élections auxquelles seuls les Blancs pouvaient participer changeaient quelque chose pour les Africains ? En ce qui concernait l'ANC, nous ne pouvions pas rester indifférents même si nous participions pas au système. Nous étions exclus mais pas insensibles : la défaite du Parti national irait dans le sens de notre intérêt et de celui de tous les Africains.

Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé.

La démocratie signifiait qu'on devait écouter tous les hommes, et qu'on devait prendre une décision ensemble en tant que peuple. La règle de la majorité était une notion étrangère. Une minorité ne devait pas être écrasée par une majorité.

Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté. L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité.

Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.

Il est difficile d'expliquer à quelqu'un qui a les idées étroites qu'être "éduqué" ne signifie pas seulement savoir lire et écrire et avoir une licence, mais qu'un illettré peut être un électeur bien plus "éduqué" que quelqu'un qui possède des diplômes."

Extrait de « Un long chemin vers la liberté »

Grand-Mère Rosa

Pape François, le testament de grand-mère Rosa

« Ma grand-mère Rosa a beaucoup compté pour moi. Dans mon bréviaire j’ai son testament et je le lis souvent : pour moi c’est comme une prière », révélait le Pape l’été dernier, dans son interview au jésuite Antonio Spadaro. Avant d’ajouter : « C’est une sainte qui a tant souffert, moralement aussi, et elle est toujours allée de l’avant avec courage ».

Dans un livre qui vient de paraitre en italien : « I fioretti di papa Francesco », le vaticaniste Andrea Tornielli nous livre une bribe de ce précieux testament :

« Que mes petits enfants, à qui j’ai donné le meilleur de moi-même, aient une vie longue et heureuse. Mais si un jour la douleur, la maladie ou la perte d’une personne chère devaient les remplir d’affliction, qu’ils n’oublient jamais qu’un soupir vers le Tabernacle, où est gardé le plus grand et le plus vénérable des martyrs, et un regard vers Marie au pied de la croix, peuvent faire tomber une goutte de baume sur les blessures les plus profondes et les plus douloureuses ».

Cette même grand-mère disait au futur pape : « Le linceul n’a pas de poche » (sous-entendu : on n'emporte rien avec soi quand on meurt).

Depuis son élection, le Pape a souvent souligné le rôle primordial joué par les grands-parents dans la société. Celui des grand-mères, notamment, dans la transmission de la foi.

« Oui, les grands-parents sont un trésor », affirmait-il le 19 novembre, au cours de son homélie à la chapelle Sainte Marthe. Puis, évoquant les époques de troubles ou de persécutions : « Quand la mère et le père n'étaient pas à la maison et quand ils avaient des idées étranges, transmises par la politique de l'époque, ce sont les grands-mères qui transmettaient la foi ».
Auparavant, il avait rappelé aux pèlerins présents à Rome pour la Rencontre mondiale des familles : « Les grands parents sont la sagesse de la famille, ils sont la sagesse d’un peuple. Et un peuple qui n’écoute pas les grands parents est un peuple qui meurt ».

Le testament de grand-mère Rosa est comme un faisceau qui éclaire ces déclarations. Et peut-être l’une des clefs qui permet de comprendre comment le pape François est ce qu’il est.

Horaires des messes

Tous les horaires des messes dans les 14 villages de la paroisse.

Voir les horaires