Homélie du 30 juillet 2017 (Jackie Plesse)

Voici quelques jours, j’étais à Ars pour accompagner un pèlerinage et, au cours d’une des messes, je me trouvais au milieu de plusieurs diacres et aumôniers et moi auprès des gens du voyage et à mes pieds, dans le chœur de l’église du saint curé se trouvait une magnifique mosaïque. (Une mosaïque, c’est un assemblage de petits morceaux de carrelage de forme et de couleurs différentes) Mis ensemble, posés, collés les uns à côté des autres, ils forment une figure magnifique. Des dessins sortis de l’imagination et du talent d’un artiste à qui on a demandé une œuvre, souvent sur un thème particulier.

Et ce matin les gestes qui nous sont proposés nous disent quelque chose dans ce sens-là !

Mais il nous faut chercher, méditer, ruminer cette Parole et ensemble en trouver le nectar. Comme les abeilles qui produisent un miel excellent en allant butiner ensemble dans le cœur des fleurs à la belle saison.

Alors, comme Salomon, nous avons à demander la sagesse, ce don de Dieu indispensable, ce don de l’Esprit reçu au baptême et renouvelé à la confirmation, pour nous guider dans notre vie d’adulte dans la Foi. Même l’apôtre saint Jacques le recommande dans sa lettre, à la fin du Nouveau Testament. Au chapitre 1er l’apôtre dit ceci : « si quelqu’un manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne à tous avec simplicité et sans faire de reproche ».

Cette sagesse, ce discernement, si indispensable pour faire le bon choix dans la vie ! Pour répondre avec justesse aux appels qui nous sont faits dans notre vie familiale, professionnelle, dans nos engagements associatifs et bien sûr dans les appels que nous pouvons recevoir dans la vie de l’Eglise locale, comme ici dans la paroisse, au cœur de cette aventure nouvelle que nous vivons.

Le psaume 118 que nous avons lu ensemble enfonce le clou, comme on dit. Il va même plus loin quand nous disons :
« aussi j’aime tes volontés plus que l’or le plus précieux.
Quelles merveilles tes exigences ! Aussi mon âme les garde. »

En méditant ces 2 versets, nous réalisons à quel point le psalmiste a fait l’expérience de cette rencontre avec le Dieu vivant, à quel point il a réalisé qu’il cheminait avec Dieu et que Dieu cheminait à ses côtés : il aime la volonté de Dieu.

Ce cheminement à travers l’écriture sainte nous conduit naturellement vers l’évangile et cette parabole toute simple du trésor caché. Le royaume des cieux comparable à un trésor caché dans un champ qui va amener l’homme qui le découvre à tout vendre pour acheter ce champ.

Et nous voici revenu à l’image de départ de la mosaïque. La petite pièce de carrelage n’est rien toute seule, isolée, séparée des autres petites pièces de carrelage. Par contre, si elle se laisse conduite par l’artiste à l’endroit où elle va trouver la place de choix qui lui revient, elle va participer à la splendeur de l’ensemble de l’œuvre. Est-ce que ce ne serait pas cela le « trésor caché », l’image du Royaume des Cieux ? Découvrir par la grâce de Dieu, par l’enseignement de l’Eglise, par l’exemple des saints (comme St Christophe, le saint patron de cette belle petite église), par les conseils des autres baptisés, par certaines rencontres providentielles vécues au long de nos journées, par une lecture qui nous rejoint ou nous interpelle, découvrir qu’ensemble, en fraternité bienveillante, nous allons être configurés au Christ. Le Christ serviteur de ses frères. Le Christ doux et humble de cœur. Le Christ pacifique et pacifiant. Le Christ bâtisseur, artisan de paix.

C’est aussi ce qu’écrit saint Paul dans la seconde lecture de cette messe : nous sommes destinés d’avance à être configurés à l’image du Fils de Dieu. Et c’est nous qui écrivons ce destin, par les gestes et les engagements de chaque jour.

Alors, frères et sœurs, poursuivons notre route ensemble, en essayant de ne laisser personne sur le bord du chemin. Chaque pièce de la mosaïque est importante. Chacun doit pouvoir révéler une des facettes de l’Amour de Dieu, de sa miséricorde, de son intelligence, de sa beauté, de sa simplicité. Jésus-Christ nous dit en saint Jean que, sans Lui, nous ne pouvons rien faire. Mais sans les autres nous ne pouvons rien faire non plus ! Les autres : le Corps du Christ ressuscité.

Alors Seigneur, en nous préparant à te recevoir dans l’Eucharistie, nous te redisons notre désir de vivre en tenue de service et en esprit de communion, de partage, de fraternité vrai. Le Royaume des Cieux est au milieu de nous. Viens par ta Grâce nous aider à le révéler à ceux et celles qui ne te connaissent pas encore. Et viens aussi nous le révéler par la vie de ceux et celles que nous côtoyons et qui sont souvent proches de toi sans même le savoir. Eux aussi font partis de cette belle mosaïque, riche de ta beauté, de ta bonté et de ta bienveillance.


Dimanche 24 juillet 2017

Nous étions heureux d'accueillir le père Georges AUDUC, à l'église de Brienne.
Désormais, les pères Georges et André AUDUC, ainsi que le père GUIMET viendront célébrer dans notre paroisse saint Jean Baptiste en Bresse, afin que nous puissions célébrer tous les dimanches, à 10 heures 30.

L'église de Brienne était pleine, chaleureuse.. Des fillettes, en l'honneur de la sainte Madeleine, nous distribuaient des madeleine à la sortie de la messe !
En pièce jointe, l'homélie du père Auduc.
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Homélie-Père-Auduc.pdf)Homélie-Père-Auduc.pdf[ ]104 Ko

Notre Père...

Notre Père qui es toujours avec nous
et qui souffres quand tu vois souffrir tes enfants,
que ton nom et celui de ton Fils Jésus soient bé
nis.


Accueille auprès de toi ceux qui nous ont quittés.
Pour que ta volonté puisse devenir fête,
accorde-nous de vivre dans ton amitié
et de les rejoindre un jour dans ton royaume.

Donne-nous aujourd'hui, par ton pain partagé,
la force de tenir debout et de revivre.
Garde-nous à l'écoute de ta parole,
Attentifs aux appels du monde et de nos frères.


Ouvre nos coeurs à ta miséricorde.
Pardonne nos révoltes, nos doutes et nos faiblesses,
comme nous pardonnons à ceux qui nous blessent.

Délivre-nous de la désespérance
et apprends-nous la confiance et la paix.
A
men.


Transmis par Odile, membre du mouvement de la pastorale familiale Espérance et Vie, qui accompagne veufs et veuves de tous âges. (Cette prère a été rédigée par l'équipe nationale)

L'évêque d'Autun, à tous les jeunes de Saône et Loire

C’est toujours important pour moi de vous rencontrer, vous les jeunes. Dans ma vie d’évêque, cela m’arrive de temps en temps ; vous avez beaucoup d’attentes et beaucoup de questions, et c’est cela qui fait que les rencontres avec vous sont passionnantes. Quand je vous rencontre, j’ai le sentiment que vous vous attendez à être regardés au meilleur de vous-mêmes.

J’aurais aimé pouvoir vous écouter tous et vous parler, en ce moment où les chrétiens du monde entier prient et se réjouissent à cause de ce qui est arrivé à Jésus : ce qui lui est arrivé fait changer le regard sur les autres, sur soi-même, et sur l’avenir du monde. Ce qui lui est arrivé, c’est aussi ce qui arrive pour nous, car il a donné sa vie librement pour tous les humains de tous les temps, et il continue de prier pour nous et de nous arracher à la mauvaise vie et aux mensonges.

Lire la suite...

Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique

"En cette période de préparation à des élections importantes pour notre pays, le désir est grand de réussir à nous entendre les uns et les autres. Mais y-a-t’il en France un socle sur lequel nous appuyer tous ensemble ? La parole humaine est chargée d’unir, disait un humble curé, proche de chez nous. Elle n’est pas faite pour stigmatiser et pour opposer. Elle jaillit de la confiance et de la recherche de ce qui est vrai et bon. Nous savons, en effet, que la confiance dans la parole donnée permet de déployer la vie en société, à commencer par la vie familiale. La parole permet aux hommes de se dire les uns aux autres ce qui a du prix pour eux (Cf. le document du conseil permanent des évêques de France sur le sens du politique).

Lire la suite...

Horaires des messes

Tous les horaires des messes dans les 14 villages de la paroisse.

Voir les horaires