Jésus monte vers sa Passion

Jésus monte vers sa Passion et cela commence par une histoire de femmes amoureuse à Béthanie (Mt 26, 6s) comme pour nous faire un clin d’œil. Cette Passion n’est pas d’abord une souffrance mais la manifestation d’un amour. Après Béthanie, Jésus monte à Jérusalem où il sait qu’il sera arrêté. Mais là encore : « il a tant aimé le monde… » (Jn 3,16) qu’il n’a pas peur : il est venu pour nous redire le bon chemin : celui qui conduit vers son Père. A Jérusalem, il veut manger une dernière fois avec ses disciples qui sont ses amis. Il a un grand désir de faire cette fête que nous commémorons le Jeudi saint qui est la fête de l’Eucharistie, le repas des amis de Dieu. Histoire d’amitié encore avant d’affronter la mort. Tous ces éléments nous invitent à ne pas vivre la semaine sainte comme un temps tragique.
Dans la nuit un baiser le trahira : celui de Judas. Judas est le fraudeur des signes : le repas de fête a été le lieu de sa trahison, le baiser le signe de l’arrestation. Nous lui ressemblons parfois dans nos faux semblants, dans nos hypocrisies et une piété sans consistance.

Jésus meurt sur la Croix le Vendredi.

Lire la suite...

Homélie du quatrième dimanche de carême (Père André Guimet)

DIEU A TELLEMENT AIME LE MONDE QU’IL A DONNE SON FILS UNIQUE

Comprenez-moi bien. Il nous faut goûter avec une joie renouvelée cette affirmation :
‘’Il a tellement aimé
Il a donné son Fils’’
Et nous avons un parcours. Il est celui de comprendre l’enchaînement de 2 alliances. La première est la base de la Nouvelle Alliance, de l’Alliance en son Fils Jésus-Christ, nouvelle et éternelle.

Lire la suite...

"Bon et joyeux carême !" de la part des jeunes de la paroisse

"Le carême repose sur trois piliers qui sont la prière, l’aumône et le jeûne.

C’est une période de conversion c’est-à-dire une période où chacun fait un travail sur soi-même, le Carême nous permet de réfléchir sur notre comportement, notre générosité et notre solidarité. Il permet de nous tourner vers les autres au lieu de se refermer sur soi-même. Nous choisissons le stricte nécessaire en écartant le superflu.
C’est une période où nous pouvons nous ouvrir aux autres et au monde pour essayer d’avoir une société  juste et égalitaire.
Selon les personnes, le carême diffère de par les différents lieux et moment pour prier, faire l’aumône et jeûner. Pour certains une prière est un temps d’échange avec Dieu afin de se recueillir et pour d’autres c’est un texte à lire ou à réciter autour d’une bougie ou d’un chapelet.

L’aumône nous permet d’aider les personnes les plus démunies ou qui sont dans le besoin ; en donnant de l’argent, des habits, de la nourriture mais aussi en donnant son temps pour des associations. Comme nous l’avons fait pour aider Yannis avec l’association « pas à pas pour Yannis » ainsi de la récolte d’argent afin de financer des bureaux et des tables pour l’école du village de NiemPiri de Jean-Luc au Burkina Fasso.

Pendant le jeûne nous pouvons nous priver de ce que l’on veut par choix tels que certains types de nourriture ou des besoins secondaires comme le téléphone.
Le carême est un choix et non une obligation. Nous décidons de si l’on veut et non si l’on doit. Nos choix nous rendent libres, nous libèrent des contraintes du quotidien,de notre société.

Bon et joyeux carême !"

Horaires des messes

Tous les horaires des messes dans les 14 villages de la paroisse.

Voir les horaires