Annonces de la semaine du 8 au 14 octobre

27ème dimanche du Temps Ordinaire

«Patrick et sa famille viennent de s’installer dans le lotissement près du bourg. Voilà qu’un matin, le plus proche voisin, sur un ton de désapprobation, s’adresse à l’épouse du nouveau venu : « Pourquoi tous les matins, en partant à son travail, votre mari me fait un grand signe de la main alors qu’il n’est pas mon ami ? » Toute étonnée, elle reste sans réponse. Faut-il être ami de quelqu’un pour le saluer ? N’est-ce pas une question de politesse ? Ces propos surprennent ? Devrions-nous n’être polis qu’avec nos amis ?
J’ai lu récemment que dans une région d’Afrique (le Burkina Faso ?), on se salue en disant ; «Je te vois »(Nhosi ») à quoi l’autre répond : «Je te vois aussi »(« Nbejane »), une manière de dire : « Tu es dans mon regard, tu comptes pour moi ». Dans un autre dialecte du même pays, on se dit «Baloo», « Regarde le soleil », c’est-à-dire « vois le jour qui s’offre à toi ». Une chaleur humaine se dégage de telles salutations. On peut se souvenir d’un «Petit traité des Grandes vertus» écrit par le philosophe André Comte-Sponville, qui nomme en premier la politesse avant 18 autres vertus telles que la fidélité, la prudence, la tempérance, le courage, la tolérance… Et le chapitre se conclut par l’amour… : « Les bonnes manières précèdent les bonnes actions et y mènent… La politesse est la première et la plus engageante de toutes les vertus sociales.» Elle éclaire le regard et réchauffe le cœur d’un rayon de soleil… « Je te vois » et il répond : « Je te vois aussi. » Et si chacun de nous essayait de transmettre ce bref message de proximité et d’art de vivre ?

(D’après l’article de Michel Amalric trouvé dans un bulletin paroissial du diocèse de Bourges)
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (8-au-14-octobre.pdf)8-au-14-octobre.pdf[ ]314 Ko

Horaires des messes

Tous les horaires des messes dans les 14 villages de la paroisse.

Voir les horaires